Photo en noir et blanc d'un maréchal-ferrant en train de ferrer un cheval dans son atelier.
Une photo d’un maréchal ferrant un cheval.

Avec l'aimable autorisation d'Archives of Ontario.

Photo en noir et blanc d'hommes travaillant sur une chaîne de montage dans une usine.
Hommes travaillant sur une chaîne de montage dans une usine

Avec l'aimable autorisation de Bibliothèque et Archives Canada.

 

Le milieu du XIXe siècle a été une époque passionnante. L'industrialisation a donné naissance à de nouvelles technologies, notamment à des usines de production de masse. Cela a modifié l'environnement de travail et les techniques de travail de nombreux forgerons. La plupart des forgerons ont trouvé des moyens de s'adapter aux besoins changeants de leurs communautés. D'autres se sont battus et ont pris du retard.

Le forgeron local William Weir a appris son métier à la Thompson Carriage Works. Cette entreprise est située à London, en Ontario. C'est là qu'il a été initié à l'industrialisation.

William connaît de première main les effets de la production de masse sur le métier.

Regardez la vidéo ci-dessous pour découvrir ce qu'était le métier de forgeron en Ontario dans les années 1860.

Des sous-titres en francais sont disponibles pour les deux vidéos ci-dessous.
Lien vers la vidéo Introduction à la forge en Ontario dans les années 1860.
Lien vers la vidéo sur le défi de la forge dans les années 1860.

 

Introduction à la forge en Ontario dans les années 1860 :

 

 

Transcription descriptive de la vidéo d'introduction aux années 1860 :

Introduction à la forge en Ontario dans les années 1860
[Deux forgerons martelant sur une enclume dans une forge.]
 
[NARRATEUR :] Le forge était autrefois un métier de base et lucratif.
 
[Un forgeron martelant une chaîne rouillée sur une enclume.]
 
[NARRATEUR :] Mais après l’essor de l’industrialisation survenu au cours de la seconde moitié du XIXe siècle.
 
[Un artisan forgeron utilise un outil de soudure sur une feuille de métal. Des étincelles volent autour de l’enclume.]
 
[Un forgeron utilise une pince pour tordre et fixer une chaîne sur un maillon dans une forge à charbon.]
 
[NARRATEUR :] les forgerons ont trouvé des moyens de s’adapter aux besoins de leur collectivité en évolution.
 
[Un photo en noir et blanc de trois forgerons posant à l’intérieur d’une forge.]
 
[Une photo en noir et blanc d’hommes travaillant sur une chaîne de montage dans une usine.]
 
[NARRATEUR :] Mais après l’essor de l’industrialisation survenu au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, les forgerons ont trouvé des moyens de s’adapter aux besoins de leur collectivité en évolution.
 
[Une photo en noir et blanc de deux forgerons à côté d’une enclume dans une forge.]
 
[Un forgeron tournant la manivelle sur le ventilateur dans une forge.]
 
[On voit une forge à charbon brûler dans une forge.]
 
[Un photo en noir et blanc de six forgerons posant à l’intérieur d’une forge. Plusieurs équipements et outils de forge les entourent, ainsi qu’un cheval sur le côté droit de la photo.]
 
[Une photo en noir et blanc d’un forgeron debout devant une forge. Derrière lui se trouve une corde à linge avec des chaussettes, des bas et une chemise suspendue à des pinces.]
 
[NARRATEUR :] Cela a entraîné des changements considérables dans les environnements de travail ainsi que dans les techniques du métier que les forgerons étaient tellement habitués à utiliser. Bien que certains forgerons aient accepté ces changements, d’autres croyaient que leur entreprise survirait sans jamais avoir besoin de changer.
 
[Un forgeron montre à la caméra un outil de forge trouvé à l’intérieur de sa forge.]
 
[Différents plans d’équipements et d’outils de forge à l’intérieur d’une forge faiblement éclairé.]
 
[Un forgeron montre un morceau de métal à la caméra. Le morceau de métal a un trou à une extrémité, et une extrémité effilée à l'autre. Il tient également un petit morceau de bois plat dans sa main droite, montrant à la caméra où le morceau de métal pourrait s'y fixer].
 
[Le forgeron martèle un petit morceau de métal sur une enclume, puis le plonge dans un seau d'eau. Le morceau de métal commence à grésiller au contact de l'eau].
 
[NARRATEUR :] Les forgerons vivant dans les collectivités urbaines étaient particulièrement réceptifs aux effets de l’industrialisation sur la société. Dans la plupart des cas, ils n’avaient d’autre choix que de céder à ces avancées.
 
[NARRATEUR :] La plupart, sinon la totalité, des usines de production de masse étaient situées dans des collectivités plus modernes. D’une part, cela a fait valoir la nécessité d’embaucher des centaines et des milliers d’employés, ce qui a eu une incidence considérable sur le marché du travail au cours de cette période.
 
[Un plan de l'extérieur d'une forge pendant la journée. On voit la forge sur le côté gauche, tandis qu'une roue de chariot en métal est sur la droite, appuyée contre un grand arbre].
 
[NARRATEUR :] D’autre part, cela a fait que les forgerons traditionnels n’étaient plus essentiels dans la société. Seuls quelques forgerons traditionnels des collectivités urbaines ont refusé de travailler dans ces usines. Ils se sont vite rendu compte que leur travail n’était plus aussi nécessaire, ce qui a nui à leur entreprise.
 
[Une photo en noir et blanc d’un forgeron tenant un marteau et se tenant à côté d'une enclume. Il se tient au milieu d'un atelier de forgeron, entouré de divers outils et équipements de forgeron].
 
[NARRATEUR :] Les forgerons étaient encore indispensables et toujours très en demande pour effectuer des travaux de réparation et fabriquer de petits objets sur commande.
 
[Gros plan d'une enclume à l'intérieur d'une forge. On peut voir une forge à charbon à l'arrière-plan, ainsi que le soufflet situé sur le côté gauche de la forge].
 
[Un gros plan d'une enclume à l'intérieur d'une forge. On peut voir une forge à charbon à l'arrière-plan, ainsi que le soufflet situé sur le côté gauche de la forge].
 
[NARRATEUR :] Ils avaient toujours une clientèle importante en fonction de l’endroit où ils vivaient, en raison de la fréquence à laquelle les outils et équipements agricoles ou d’autres articles pouvaient se briser.
 
[Un plan de l'intérieur d’une forge. On peut voir des outils et des équipements accrochés le long du mur, ainsi que sur le sol. Une enclume et un seau d'eau sont visibles au milieu de la forge. La forge à charbon se trouve sur le côté droit, avec ventilateur juste devant elle].
 
[NARRATEUR :] Les forgerons ruraux se sont adaptés comme beaucoup d’autres personnes de métier et se sont plutôt consacrés aux travaux de réparation.
 
[Le forgeron martèle une tige métallique chauffée sur une enclume.]
 
[NARRATEUR :] Cette évolution s’est poursuivie jusque dans les années 1900 dans les régions rurales de l’Ontario. 
 
[Un forgeron scie une petite et fine tige métallique en deux morceaux.]
 
 [Un plan de l'intérieur et de l'extérieur d'un chariot en bois. Le chariot se trouve à l'extérieur de la forge].
 
[Un plan d'une roue de chariot en métal rouillé appuyée contre un tronc d'arbre à l'extérieur de la forge].
 
[NARRATEUR :] Le Fanshawe Pioneer Village est une capsule temporelle qui raconte l’histoire des collectivités rurales du sud de l’Ontario et de ses environs entre 1820 et les années 1920.
 
[Un plan de divers équipements agricoles traditionnels situés autour de la forge].
 
[Des plans extérieurs de la forge du Fanshawe Pioneer Village. Il y a un grand panneau au-dessus de la porte d'entrée qui dit « William H. Weir Fanshawe ».]
 
[NARRATEUR :] Aujourd’hui, la réplique de l’atelier est dotée de deux étaux à pied, d’un petit et d’un grand rouleau (servant à la fabrication de toutes sortes d’articles, depuis les cerceaux de tonneau jusqu’aux pneus de chariot), une perceuse à colonne, une cisaille, une grande enclume (de style londonien), une plus petite enclume, des pinces et des marteaux, une forge en briques construite dans un compartiment pour le charbon à côté, un soufflet et une machine à refouler. Il est important de noter qu’on alimente la forge du Fanshawe Pioneer Village en bois plutôt qu’en charbon, pour des raisons de santé, et que le soufflet n’est pas fonctionnel; à la place, on utilise un ventilateur de forge.
 
[Fers à cheval et outils de forgeron montrés sur une table en bois].
 
[Un forgeron travaillant sur une tige métallique plate, insérée dans un étau à pied à l'intérieur de la forge].
 
[Un plan d'une perceuse à colonne en fonctionnement].
 
[Un plan d'une enclume de modèle londonien avec une chaîne autour de la base].
 
[Un gros plan sur le bois qui brûle dans la forge].
 
[Une femme forgeron tourne le ventilateur, permettant à l'air d'entrer dans la forge à charbon].
 
[NARRATEUR :] Dans les régions rurales, les soufflets étaient encore plus courants dans les ateliers à cette époque. Ce n’est qu’à la fin des années 1800 que les ventilateurs sont devenus courants dans les ateliers de forgeron, même s’ils étaient faciles à obtenir.
 
[Un forgeron tourne le ventilateur, permettant à l'air d'entrer dans la forge à charbon].
 
[NARRATEUR :] . Le ventilateur était important, car le forgeron pouvait désormais travailler seul sans avoir à demander l’aide de quelqu’un d’autre pour faire fonctionner le soufflet.
 
[À l'intérieur de la forge, une femme forgeron fait face à la caméra pendant qu'elle parle].
 
[FORGERONNE :] « Donc, je suis ce que l’on appelle une apprentie forgeronne, ce qui signifie que j’étudie la forge. Maintenant, ça peut sembler simple, mais c’est en fait un processus assez ardu. Un apprenti forgeron commençait très jeune et demeurait en fait apprenti ou étudiant pendant environ sept ans. Ces sept années n’étaient pas passées à l’école; elles étaient passées à vivre et à travailler avec le maître forgeron afin d’apprendre toutes les facettes du métier, toutes les facettes de la vie de forgeron. Après ces sept années d’apprentissage, l’apprenti forgeron pouvait ensuite travailler dans un autre atelier ou faire un autre apprentissage pendant sept ans pour devenir maître forgeron et montrer le métier à son propre apprenti. »
 
[NARRATEUR :] Le forgeron doit réparer un timon de chariot cassé.
 
[Un plan d'un timon de chariot cassé à l'extérieur de forge. On voit le forgeron se tenir à côté du timon de chariot cassé.]

[NARRATEUR :] Si vous étiez un forgeron confronté à ce défi, que feriez-vous si vous deviez réparer un timon de chariot cassé ?

Que feriez-vous pour résoudre ce problème ? Regardez la vidéo ci-dessous pour voir comment un forgeron réparerait un timon de chariot cassé.

Vidéo du défi de forgeron des années 1860 :

 

Transcription descriptive de la vidéo de défi aux années 1860 :

Défi de forgeron des années 1860
[Un morceau de métal trempant un seau d’eau.]
 
[NARRATEUR :] Pour ce faire, il doit donc fabriquer un embout en acier qu’il fixera ensuite à une nouvelle pièce de bois.
 
[Le forgeron utilise une clé pour fixer la pièce sur un timon de chariot à l'extérieur de la forge].
 
[NARRATEUR :] Vous verrez donc comment un forgeron réparait un timon de chariot à cette époque, souvent à l’aide de métal et de bois.
 
[Le forgeron attache le reste des composants du chariot].
 
[NARRATEUR :] Vous constaterez également qu’il devait posséder des habiletés en menuiserie pour réparer les articles que lui confiaient ses clients.
 
[Un gros plan sur le timon de chariot cassé.]
 
[FORGERON :] « Comme vous pouvez le voir, l’ancien timon de chariot est cassé. Parfois, les chevaux étaient effrayés. »
 
[Le forgeron est à l'intérieur de la forge. Il place une tige métallique dans l'étau à pieds attaché à une enclume et commence à la marteler jusqu'à ce qu'elle se plie].
 
[NARRATEUR :] L’acier contient moins de carbone que la fonte. Il est très dur et polyvalent et peut résister à des niveaux élevés de stress et d’impact, mais il est trop dur pour être travaillé facilement.
 
[Le forgeron martèle la tige métallique pliée à plusieurs reprises sur une enclume dans la forge.]
 
[NARRATEUR :] . Le traitement du métal détermine la formation des cristaux dans le produit fini en modifiant ses propriétés.
 
[BRUITS DE MARTEAU]
 
[Le forgeron utilise un outil d’enclume. Il place la tige métallique autour l’outil d’enclume et commence à la marteler. On peut voir le feu de la forge à charbon brûler en arrière-plan].
 
[NARRATEUR :] Par exemple, si l’acier est chauffé et refroidi rapidement, il formera de nombreux cristaux, ce qui le rendra très dur, mais cassant.
 
[Le forgeron tourne le ventilateur. La forge à charbon brûle à côté].
 
[Le forgeron insère la tige métallique dans la forge jusqu'à ce qu'elle atteigne une couleur orange. Quelques secondes plus tard, il retire le métal et l'amène immédiatement sur l'enclume. Il commence à tordre contre l'outil d’enclume avec sa pince].
 
[NARRATEUR :] Si l’acier est refroidi lentement, de plus gros cristaux se formeront, ce qui rendra le métal plus facile à travailler et à façonner.
 
[Un gros plan sur le nouveau timon de chariot en métal. Le forgeron porte le timon de chariot jusqu'à un seau en bois. Un gros morceau de bois se trouve au-dessus du seau.]
 
[FORGERON :] « Et maintenant, nous avons un outil d’enclume. Et maintenant, nous allons travailler l’acier ici un peu. »
 
[NARRATEUR :] Pendant l’industrialisation, l’acier est devenu plus facile à produire dans les grandes usines qui disposaient de machines imposantes.
 
[Le forgeron trempe le timon de chariot en métal dans le seau d’eau. Le seau commence à fumer à cause de la chaleur.]
 
[Le forgeron conduit la caméra à l'extérieur de la forge pour lui présenter le timon de chariot se trouve sur l'herbe].
 
[FORGERON :] « Et nous avons un morceau de bois dur ici juste pour vérifier approximativement que nous sommes près d’où nous voulons être. »
 
[FORGERON :] « Et nous le mettrons dans l’eau pour le refroidis afin de pouvoir le manipuler. »
 
[Le forgeron utilise une petite clé pour fixer le nouveau timon de chariot en métal sur l’ancien timon de chariot en bois].
 
[FORGERON :] « Habituellement, la forge travaillait avec l’atelier de menuiserie de la région pour faire couper les matériaux sur mesure pour des matériaux comme celui-ci. »
 
[On voit l'apprentie forgeron s’accroupie, tenant une extrémité de le timon de chariot, alors qu'elle attend les instructions du forgeron].
 
[Le forgeron tourne lentement une extrémité de le timon de chariot dans le sens inverse des aiguilles d'une montre. La caméra zoom sur de ses mains et fait un zoom sur l'apprentie forgeron accroupie sur le sol, qui l'aide à tordre l'épais morceau de bois].
 
[FORGERON :] « Nous allons lui donner un demi-tour, Jen [apprentie forgeronne]. »
 
[Le forgeron utilise sa petite clé pour serrer les boulons de le timon de chariot en métal.]
 
[Un gros plan sur le timon de chariot nouvellement améliorée et attachée au chariot cassé].
 
[La caméra fait un panoramique vers le haut, vers le plafond de l'intérieur de la forge].
 
[AVEC DES REMERCIEMENTS SPÉCIAUX À : FANSHAWE PIONEER VILLAGE]
 
[SOURCES DES PHOTOS D’ARCHIVES :
ARCHIVES CANADA
MUSÉE ET ARCHIVES DE MILLET ET DISTRICT
ARCHIVES PUBLIQUES DE L’ONTARIO, RÉFÉRENCE C 127-2-0-5-35
ARCHIVES PUBLIQUES DE L’ONTARIO, RÉFÉRENCE F 2178-1-0-21, S 3078
BIBLIOTHÈQUES ET RESSOURCES CULTURELLES COLLECTIONS DIGITALES, UNIVERSITÉ DE CALGARY
NICHOLAS MORANT / OFFICE NATIONAL DU FILM DU CANADA
PHOTOTHÈQUE / BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA
BIBLIOTHÈQUE DE WHITBY]